Septembre 2020
Septembre 2020

Planification minutieuse des raccords

Vitrages pour espaces de vie / Vérandas

Les raccords des éléments de construction de vérandas avec la façade de la maison doivent être minutieusement planifiés. C’est notamment le cas pour la fixation, la protection thermique et contre l’humidité. L’article décrit les points essentiels pour le raccord horizontal supérieur.


Connexion avec le mot de passe du magazine

Merci de l’intérêt que vous portez à nos contenus. Les abonnés de la revue spécialisée metall trouveront le mot de passe pour l’accès intégral dans les informations légales de la version imprimée actuelle. Le mot de passe change tous les mois.

Si - en tant que professionnel dans les domaines de la construction métallique, en acier et de façades - vous n’êtes pas encore abonné à la revue spécialisée metall, ne perdez plus une seconde et souscrivez dès à présent votre abonnement ici.


Connexion en tant qu’utilisateur enregistré

Inscrivez-vous maintenant pour lire cet article.
Inscrivez-vous pour lire les différents articles et payez très facilement par carte de crédit. (CHF 5.- par article)
En tant qu’utilisateur enregistré, vous pouvez accéder à tout moment à l’article acheté.

L’ajout d’une véranda sur un bâtiment existant requiert une attention particulière lors de la planification et réalisation des raccords. Outre les exigences en termes de statique et de construction, les aspects techniques liés à la chaleur et l’humidité doivent être respectés, surtout s’il s’agit d’une véranda fonctionnelle, c’est-à-dire d’une pièce chauffée. En règle générale, le raccord mural supérieur horizontal – à savoir l’endroit où le toit de la véranda vient toucher le mur existant de la maison - est soumis aux contraintes les plus importantes, notamment en cas de pluie battante, si le raccord en question n’est – par exemple – pas protégé par un avant-toit ou une dalle de balcon. L’humidité ne s’écoule alors pas uniquement du haut vers le bas sur la surface de la façade de la maison, elle peut également s’infiltrer par des effets capillaires dans la zone proche de la surface du mur existant puis dans le crépi ou encore endommager l’isolation thermique. En principe, une telle charge d’humidité sur le matériau isolant n’a pas lieu d’être avec un système d’isolation thermique composite (WDVS) neuf et effectué dans les règles de l’art. Mais les vérandas sont aussi ajoutées à d’anciens bâtiments : le constructeur de vérandas n’a alors pas la certitude de l’existence d’un WDVS étanche à la pluie battante ou si ces propriétés d’étanchéité sont encore présentes après des années, voire des décennies.
Le problème de l’humidité qui s’infiltre sous la surface de la façade n’est en aucun cas dû au constructeur de vérandas. Ceci dit, si la véranda est ajoutée sur un mur qui présente des défauts, les dégâts éventuels dus à l’humidité peuvent lui être imputés