Septembre 2020
Septembre 2020

La décision : une arme à double tranchant

Gestion

Faire bouger les choses implique de prendre des décisions. En contrepartie, cela implique d’être prêt à renoncer à des alternatives potentiellement intéressantes. Les personnes inconstantes, qui changent d’avis peu après avoir pris une décision ou qui font traîner inutilement les processus en longueur, nuisent grandement à l’efficacité.


Connexion avec le mot de passe du magazine

Merci de l’intérêt que vous portez à nos contenus. Les abonnés de la revue spécialisée metall trouveront le mot de passe pour l’accès intégral dans les informations légales de la version imprimée actuelle. Le mot de passe change tous les mois.

Si - en tant que professionnel dans les domaines de la construction métallique, en acier et de façades - vous n’êtes pas encore abonné à la revue spécialisée metall, ne perdez plus une seconde et souscrivez dès à présent votre abonnement ici.


Connexion en tant qu’utilisateur enregistré

Inscrivez-vous maintenant pour lire cet article.
Inscrivez-vous pour lire les différents articles et payez très facilement par carte de crédit. (CHF 5.- par article)
En tant qu’utilisateur enregistré, vous pouvez accéder à tout moment à l’article acheté.

Prendre des décisions : de quoi s’agit-il ? Que ce soit dans le domaine privé ou professionnel, il est important de prendre des décisions et de s’y tenir.
Les chercheurs spécialistes du cerveau estiment que nous prenons 20 000 décisions par jour, le plus souvent inconsciemment. Selon le dictionnaire allemand des Frères Grimm, le mot « décider » provient de la racine « sceidan » ou « intsceidôn », qui signifie quelque chose comme « sortir du fourreau » ou « séparer ». Décider consiste donc à se séparer de différentes possibilités d’action, ce qui présuppose la présence d’au moins deux options.
Toute décision est précédée d’un processus de décision. Celui-ci englobe essentiellement une prise en compte de la situation réelle, la fixation d’objectifs et la collecte ou l’évaluation d’informations. Il s’agit d’évaluer les possibilités trouvées et d’en déduire la meilleure solution. Dans de nombreux cas, décider implique de renoncer résolument aux alternatives. Cela peut être un véritable défi, surtout si les alternatives reposent sur des fondements convaincants. Dans de telles situations, on est souvent bien avisé de ne pas inclure uniquement les éléments concrets issus de nos réflexions dans le processus de décision, mais aussi d’écouter son instinct. Il est intéressant de constater que notre subconscient décide souvent plus vite et instinctivement, pendant que l’esprit est encore occupé à comparer l’ensemble des faits déduits de façon rationnelle.

Quelles sont les conséquences des décisions ?
Chaque décision peut inévitablement entraîner des répercussions positives ou négatives pour un individu ou une organisation. C’est aussi une des raisons principales pour lesquelles de nombreux décideurs ont du mal à assumer leurs responsabilités. Comme nous disposons rarement de 100 % des informations, nous ne sommes souvent pas sûrs d’avoir pris en compte tous les facteurs importants à la prise de décision. Prenons l’exemple de la recherche d’un rapport qualité-prix-disponibilité idéal :
opter pour un prix intéressant est souvent préjudiciable à la qualité. Opter pour la qualité se fait souvent au détriment de la disponibilité rapide. Et une disponibilité rapide peut se répercuter négativement sur le prix, p. ex. en raison d’investissements coûteux dans des infrastructures.